1_871520_1_34.jpgCes dernières années, le ramadan a fait l’objet de controverses dans le milieu du football. En Europe, les avis sont partagés quant à la capacité des jeûneurs à endurer des séances d’entraînement intenses et un calendrier de matches particulièrement chargé.

Cette année n’a pas fait exception à la règle et la presse a fait ses choux gras de cette polémique. Les joueurs peuvent-ils décemment observer le jeûne à l’heure où les championnats reprennent ?

FIFA.com met en lumière quelques exemples où des joueurs ont su concilier privation et succès sportifs avec leur club.

De nombreuses difficultés
Bien que le ramadan implique une privation de nourriture et d’eau pour de longues heures, l’attaquant malien du FC Séville Frédéric Kanouté s’est toujours estimé capable de jeûner sans que cela affecte ses capacités : "C’est toujours difficile de jeûner ici, dans le sud de l’Espagne, où il fait très chaud. Mais j’arrive à m’adapter".

L’attaquant malien, qui a inscrit un but contre Osasuna pendant le ramadan la saison dernière, ajoute : "Pendant ce mois, je donne tout ce que j’ai au club. Je fais en sorte de ne pas laisser tomber mes coéquipiers et le public. Tout le monde ici se comporte bien avec moi. Ils comprennent".

Un autre Malien qui évolue en Espagne s’est exprimé à ce sujet. Le Merengue Mahamadou Diarra estime lui aussi que ce n’est pas une sinécure, mais il affirme être parvenu à s’y faire : "Tous les entraîneurs ont respecté ma décision. Ce n’est pas facile. Bien sûr qu’on éprouve le besoin d’absorber de la nourriture. Mais après tout, ça ne dure qu’un mois".1_a2486df4f3990eb303aa1b7821777759_475.jpg

Quant au capitaine de la sélection algérienne Anther Yahia, qui évolue à Bochum en Allemagne, il a évoqué les difficultés auxquelles est confronté le joueur pratiquant : "L’année dernière, pendant le ramadan, on a joué contre la Zambie après le coucher du soleil. On a rompu le jeûne à 19 heures et le coup d’envoi était à 22 heures, soit seulement trois heures plus tard. Ça a été une véritable épreuve, mais en fin de compte, la foi te donne la force de surmonter les difficultés".