topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

16/03/2010

Hiré : Un python met des voleurs aux arrêts

photo9262177504b9eddcab2cd7.jpg

 

 

 

 

 

Tous

les jours pour le voleur, un jour pour le propriétaire, dit l'adage. Pour cette histoire qui relève de l'ingéniosité de M. William Brown, l'on peut dire qu'il faut souvent user de son intelligence pour se débarrasser des visiteurs animés de desseins malsains.

Ainsi, cet homme d'affaires(?) libérien, venu chercher fortune dans une extraction minière de la cité des Oignons, était de tout temps victime de visites nocturnes. Et à chaque fois, à deux reprises, les quidams ont réussi à emporter d'énormes butins sans être inquiétés par le gardien et les chiens. Toujours absent de son domicile pour affaires, il ne savait plus à quel saint se vouer pour protéger ses biens ( ?). Alors, lui vint l'ingénieuse idée de trouver des reptiles pour les mettre dans sa chambre. Et, un de ses amis de lui conseiller d'élever des pythons. Ayant trouvé cette idée géniale, il va acheter un python, long de trois (03) mètres, qu'il dépose discrètement dans sa chambre à l'insu de son gardien. Naturellement, il devrait trouver de quoi nourrir ce reptile, même en son absence. Ce qu'il fît. Un jour, alors qu'il était parti pour trois jours, il reçut la visite de personnes indésirables et indélicates qui ont poussé l'audace d'entrer jusque dans sa chambre. Le bruit qu'ils faisaient a tiré le reptile de son sommeil. La lampe torche a fait scintiller une lumière dans la pénombre. Voulant s'approcher, ils virent le python et découvre sa forme monumentale. Peur panique ! Débandade dans la pénombre. L'un des voleurs trébuche, chute et tombe de tout son long sur le python. Tremblotant, il va engager un dialogue direct avec le reptile, selon les témoignages du gardien des lieux : " Pardon chef, je n'ai rien fait. C'est mon ami qui m'a demandé de venir l'accompagner. Il a fui. Je vais lui demander de venir dire la vérité ". Ainsi maîtrisé, le voleur ira le lendemain montrer les traces de son complice qui court toujours.

transcrit guy kouassi

source: le nouveau reveil