topblog Ivoire blogs

12/04/2011

J’AI PLEURE

 

gbagbo guy patmos.jpgA la vue de ces images sur la toile et à la télé, j’ai fondu en larme ! Penné par la façon dont on traite celui que j’appelais mon président.

J’ai pleuré non pas pour le fait, mais tout simplement je pensais qu'avec un peu plus d'humilité on aurais pu éviter cette humiliation et surtout tous ces morts.

J’ai pleuré parce que vous vous-souvenez certainement depuis le début de cette crise nous avons proposé que le mieux à faire était d’écarter Gbagbo et Ouatara vu que Gbagbo détenait l’armée et qu’une prise par la force allait engendrer forcement des morts inutiles. Mais après le rapport du panel nous avons jugé qu’il était utile que le président Gbagbo se retire du pouvoir. Vous savez dans un combat il y a plusieurs manière de gagner. Si on avait été écouté le président serait sorti victorieux. Qu’il se retire par respect pour le panel, par humilité, et surtout par amour pour son peuple qui soufre tant, pour tout ce que vous savez, il en serait grandit !

J’ai pleuré pour nos institutions qui sont complètement a plat, j’ai pleuré pour nos maitres, comment pourrai-je regarder mon professeur « je ne dis pas son nom » m’enseigné le droit sachant que tout ce qu’il a dit sur les valeurs républicaine, la seule foie ou son pays a eu besoin de lui il l’a plongé dans un KO total, c'est-à-dire 50 années de retard. Juste pour aider son pote à se maintenir au pouvoir. Mais dite moi, est-ce qu’une décision de justice peut passer au dessus de l’expression souveraine du peuple ? Bon, c’est vous le s maitres !

J’ai pleuré pour l’avenir de l’église en cote d’Ivoire, parce que l’église a oubliée sa place dans ce pays et elle se retrouve au centre de cette grande crise ; si non comment dire à un homme politique qu’il est le choix personnel de Dieu dans un pays qui se dit démocrate? Comment tu peu dire dans un pays démocratique, le président ne ferra pas les élections, mais Dieu l’aidera à se maintenir au pouvoir "Koné Malachie" ?    Et bien d’autre qui laisse le seigneur Jésus pour prêcher un homme, des chantres laissent leur ministère pour chanter un homme « onel mala ». J’ai pleuré, j’ai pleuré pour ses pasteurs, prophètes et Bishop… Dieu est juste !

J’ai pleuré pour mes camarades étudiants tombés au frontsimone tombe.jpg

J’ai pleuré pour toutes ces femmes, enfants, jeunes, hommes, innocents qui ont perdu la vie dans cette sale crise inutiles.

J’ai pleuré, j’ai pleuré, j’ai pleuré, pour mon âge qui avance…

 

 

Lire la suite

11/04/2011

Biographie de Simone Gbagbo

 

Simone Ehivet Gbagbo , née en 1949 à Moossou, commune de Grand-Bassam a été la Première dame de Côte d'Ivoire, en tant qu'épouse de Laurent Gbagbo, président de la république1 de 2000 à 2010. Elle exerce sur son époux une certaine influence. Elle est surnommée la « Hillary Clinton des tropiques »Simone2V.jpg

 

Origines

 

Simone Ehivet est la fille de Jean Ehivet, gendarme de son état et de Marie Djaha. Elle a quinze sœurs3. C'est une historienne, docteur 3e cycle en littérature orale, chercheur en linguistique appliquée et syndicaliste marxiste très proche des milieux évangéliques américains

Carrière politique

Elle participe aux mouvements de grève de l'enseignement en 1982, et fonde dans la clandestinité, avec son mari, le futur Front populaire ivoirien (FPI). Syndicaliste active dans les années 1970, elle a été plusieurs fois emprisonnée pour sa lutte en faveur du multipartisme lors de ces années, et torturée3. Élue députée de la commune d'Abobo en 19963, elle est présidente du groupe du FPI à l'Assemblée nationale. En 1996, elle réchappe d'un accident de voiture avec son mari, ce qui lui vaut de devenir une femme très pieuse, notamment lorsqu'elle rencontre en 1998 le pasteur Koré, lequel l'oriente du catholicisme vers la foi évangélique4. Influencée jusque dans sa carrière, elle déclare lors d'un discours : « Merci à Dieu de nous avoir donné ce président de la République. Merci mon Dieu tout simplement d'être Dieu ». Première dame du pays depuis 2000, alors que son époux devient président de la République, elle ne se cantonne pas à un rôle de représentation. Loin des paillettes et des artifices, elle se retrouve au cœur même des grandes décisions politiques de son pays. Ses actions dans le pays ne se limitent donc pas aux associations caritatives. Son bagage de syndicaliste et de politicienne lui permet de prendre ouvertement position sur la politique de la Côte d'Ivoire. Elle est très proche des Jeunesses Patriotes, les mouvements de jeunesse soutenant son mari.

Sa position de Première dame lui vaut également le fait de passer pour une conseillère de l'ombre de son mari, sinon de peser sur la vie politique du pays. Elle déclare ainsi à L'Express : « Tous les ministres ont du respect pour moi. Et on me situe souvent au-dessus d'eux »4. Certains membres du gouvernement de son époux étaient des proches de Simone Gbagbo avant de se retrouver dans l'équipe gouvernementale, à l'instar du Premier ministre Gilbert Marie N'gbo Aké ou de la ministre de la lutte contre le Sida, Christine Adjobi, sa cousine4.

Après l'encerclement d'Abidjan par les forces pro-Ouatarra, elle se retranche alors avec son époux au Palais présidentiel d'Abidjan, protégés par un dernier carré de fidèles formé notamment par les troupes d'élite de l'armée ivoirienne.

Après dix jours de combats, Laurent et Simone Gbagbo sont arrêté par les forces d'Alassane Ouattara, soutenues par l'ONUCI et la force Licorne, le 11 avril 2011. Il sont tout les deux placée en état d'arrestation à l'hôtel du Golf.

 

 

Lire la suite

01/04/2011

CRISE CI : La résidence tombe et pas de Laurent Gbagbo

01/04/2011 | 16:37:38

D'après un internaute qui communique avec une personne sur place,les forces républicaines de Côte d'Ivoire,(affiliées à Ouattara),n'auraient pas trouvé Gbagbo dans sa résidence présidentielle...

Les frci viennent tout juste de prendre le dessus sur les résistants qui tenaient la maison présidentielle à Cocody. Alors que le camp de gendarmerie « Agban » à Adjamé vient aussi de tomber sous le contrôle des Frci, ces derniers contrôlent désormais la symbolique résidence présidentielle située dans le quartier de « Cocody Ambassade ». 

Selon un Frci joint sur place, pas de Laurent Gbagbo dans les parage, ce dernier n’était donc pas à sa résidence comme le diffusaient ce jeudi son entourage sur les médias internationaux.

Alors que la possible fuite de Laurent Gbagbo par diversion hors du pays est de plus en plus probable, de nombreux bateaux type "hors bords" ayant été aperçus sur la lagune cette nuit de jeudi à vendredi. Même si certaines sources continuent à penser sa présence au palais présidentiel, Laurent Gbagbo aurait pu rejoindre un bateau sud africain qui longeait les côtes ivoiriennes ou tenter une autre destination. Tout indique à cette heure que nous serons vite fixé sur la question tant l'accélération de l'offensive est observée depuis ce jeudi soir.

Reste désormais le combat final du palais présidentiel qui fait toujours rage à cette heure entre les derniers éléments de la garde républicaine et les hommes de Cherif Ousmane et Vectho. Les bruits d'explosions sont entendus jusqu'à Yopougon. 

La grande surprise aura été le ralliement, sans nul doute opportun de dernière minute de Laurent Dona Fologo, pourtant un des plus grands supporter de Laurent Gbagbo et pourfendeur d'Alassane Ouattara et de la France.

En attendant le dénouement de la bataille du plateau qui sonnerait la fin de la guerre, les ivoiriens restent terrés chez eux, constatant, comme à Marcory ou Koumassi, les effets néfastes des pillages des magasins et maisons par tout type de délinquants de tout horizon confondu profitant des dernières heures d'anarchie dans le pays. 

Amy, Koaci.com Abidjan