topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

15/07/2010

TOUS POUR LA libération immédiate et inconditionnelle du journaliste Théophile Kouamouo et de ses collaborateurs à Abidjan

55190087_p.jpgLe journaliste Camerouno-français, Théophile Kouamouo, Directeur des Rédactions du Nouveau Courrier d'Abidjan ainsi que deux de ses collaborateurs, sont arbitrairement détenus depuis le 13 juillet par la police criminelle d'Abidjan, prétendument pour "vol de documents"; Cette arrestation  fait suite à la publication dans le Nouveau Courrier du 13 juillet 2010 d' informations confidentielles -jugées sensibles par le procureur de la République-sur les détournements dans la très juteuse filière cacao en Côte d'Ivoire.
Théophile Kouamouo est ancien correspondant du Journal Le Monde à Abidjan et a travaillé tour à tour pour les Journaux Le Temps, Fraternité Matin et Le défunt Courrier d'Abidjan. Il a contribuer à lancer depuis quelques mois, le Nouveau Courrier, qui s'est jusque là illustré par son indépendance et ses révélations sur divers dossiers sensibles qui secouent la Côte d'Ivoire.
le site de GUY Kouassi condamne fermement l'arrestation arbitraire de Théophile Kouamouo et de ses collaborateurs et exige leur libération immédiate et inconditionnelle.


Lire la suite

17:06 Publié dans politique ivoirienne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : theo

07/07/2010

Enquête parlementaire sur la fraude et la corruption aux concours d`accès à la Fonction publique

Les députés des trois groupes parlementaires formant la Mouvance parlementaire se sont retrouvés hier à l'Assemblée Nationale aux fins d'arrêter une stratégie devant leur permettre de faire admettre par leurs pairs des autres formations politiques, la nécessité d'une enquête parlementaire pour faire la lumière sur les accusations du président Koulibaly contre le ministre Tagro.

guy kouassi.jpg

Il ressort de cette réunion que les élus Pdci-Rda, Udpci et Solidarité sont déterminés à faire aboutir leurs résolutions d'enquête. Ils entendent convaincre les commissions, puis la plénière d'approuver l'ouverture d'une enquête parlementaire. Pour se faire, ils se sont donné les moyens juridiques et politiques en vue de l'aboutissement de leurs différentes résolutions. Les trois groupes parlementaires ont proposé des résolutions dans le sens de la demande d'enquête. Et ils les défendront demain mercredi devant la commission. ". Nous parlons stratégie. Nous sommes aux préparatifs. On se prépare. On s'attend à des difficultés… Nous demandons quelque chose, il faut mettre toutes les forces de notre côté. On apprend qu'ils veulent bloquer à tout prix, donc il faut se préparer pour être fort dans les arguments… ", a confié le député Jean Michel Moulod, président du groupe parlementaire Pdci-Rda. Les commissions vont siéger mercredi. C'est à la suite des débats en commission, voire en plénière que l'on saura si la commission d'enquête parlementaire sera lancée ou pas. Si en commission, aucune décision n'est prise, alors les députés vont en plénière. La commission fait son rapport qui est lu en plénière. Et si là aussi, ça ne va pas, la plénière peut en débattre pour trouver une autre solution. De quel moyen dispose la Mouvance parlementaire pour faire aboutir sa requête ? Le député Dan Ouélo Michel répond en ces termes : " La loi est une pour tout le monde. Elle s'applique à tous. Si les règlements nous permettent de défendre nos positions, nous n'allons pas les défendre sur le vide. Nous trouverons des arguments fondés sur les textes de l'Assemblée nationale, sur la Constitution qui nous permettent de faire cette enquête. Ce n'est pas la première fois que l'Assemblé nationale de Côte d'Ivoire se réunit pour faire une enquête sur un événement. Ce n'est pas parce qu'il s'agit de Tagro que nous n'allons pas faire cette enquête. Nous la ferons…". En d'autres termes, la réunion d'hier leur aura permis de consolider leur position et de se doter d'armes pour la bataille de la commission et de la plénière.

22/06/2010

Mamadou Koulibaly, “Le travail normal de l'Etat, c'est d'apporter l'électricité aux populations qui paient leurs impôts”.

photo3452679374c1eced9eae25.jpgMamadou Koulibaly à la fête de la lumière à Abronamoué S/p Niablé : “Le travail normal de l'Etat, c'est d'apporter l'électricité aux populations qui paient leurs impôts”.

Le vendredi 18 juin sur invitation de Sansan Kouao, le président de l'Assemblée nationale, Koulibaly Mamadou, a accepté d'être le parrain de la fête de la lumière à Abronamoué dans la Sous-préfecture de Niablé. Ci-dessous de larges extraits de son intervention devant les populations et des barons du Fpi que sont Assoa Adou, Kouadio Komoé Augustin, ministre des Mines et de l'énergie.

(…) Vous voyez le courant, vous êtes contents, le courant arrive. Mais le courant ne peut apporter le développement chez vous que si la lumière rentre dans votre tête. Si vous acceptez vous-mêmes dans votre cœur de taire les méchancetés, les aigreurs, les jalousies, les hypocrisies .Et puis d'ouvrir à vos frères, vos mains et vos bras, pour construire l'amour, la fraternité. Sinon le courant seul n'apportera rien du tout.

Lire la suite