topblog Ivoire blogs

27/01/2011

Mobilisés via internet, des milliers d’Egyptiens ont manifesté

Des manifestations de grande ampleur ont eu lieu dans plusieurs villes d’Egypte ce mardi. Sur le modèle de la révolution tunisienne, les réseaux sociaux, en particulier Facebook et Twitter, ont servi de relais à l’appel à la révolte contre la vie chère, le chômage et le pouvoir en place lancé par partis d’opposition, syndicats, associations et simples citoyens.

Après les Tunisiens, les Egyptiens sont à leur tour descendus dans la rue. Ils étaient plusieurs milliers à manifester dans tous le pays pour faire de faire de ce mardi une « journée de révolte contre la torture, la pauvreté, la corruption et le chômage » – au moins 15 000 dans la seule arton21835-72e2f.jpgville du Caire, selon l’AFP. « La Tunisie est la solution ! », « Après Ben Ali, à qui le tour ? », « A bas Hosni Moubarak ! » scandaient les manifestants, prenant pour référence la révolte du peuple tunisien qui, le 14 janvier, a chassé le président Ben Ali resté 23 ans au pouvoir. Dans leur pays, le président Hosni Moubarak, âgé de 82 ans, est au pouvoir depuis 1981… Globalement pacifique, le mouvement de protestation appelé par les partis d’opposition Wafd et Al-Ghad, les Frères musulmans, des organisations syndicales, étudiantes, de fonctionnaires et de jeunesse, a connu quelques débordements au Caire. La police, dont de 20 000 à 30 000 éléments étaient mobilisés au centre de la capitale, a répliqué à des jets de pierre en faisant usage de gaz lacrymogènes, des canons à eau, et en chargeant la foule à coups de bâtons pour tenter de la disperser.


Lire la suite

26/09/2010

Prochainement : Ouverture d’un Espace Campus France Côte d’Ivoire

siteon0.gifCampus France Côte d’Ivoire est un service spécialisé sous la direction du Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France en Côte d’Ivoire. Il est réservé aux étudiants ivoiriens et étrangers résidant en Côte d’Ivoire, titulaires ou futurs titulaires d’un baccalauréat ivoirien ou français, qui souhaitent poursuivre leurs études supérieures en France.

Le rôle de Campus France est d’accompagner les étudiants candidats dans leurs démarches administratives et pédagogiques en leur offrant une gamme complète de services tout au long de l’élaboration de leur projet d’études :

- informations, conseils et aide à l’orientation pour des études en France
- accueil en présentiel sur le site et dialogue en ligne via une messagerie électronique
- demande de pré-inscription dématérialisée
- aide et accompagnement à la constitution du dossier jusqu’à la demande de visa
- entretien individuel

Situé dans les locaux du Centre Culturel Français d’Abidjan, cet espace sera officiellement ouvert au 1 janvier 2009, mais les inscriptions en ligne pourront débuter en novembre 2008. Il présente un passage incontournable pour tous les étudiants intéressés par l’enseignement supérieur français. Service à autonomie financière, une contribution à hauteur de 50 000 FCFA est obligatoire dès instruction du dossier de candidature. En contre-partie, les titulaires de dossiers recevables bénéficieront d’un demi-tarif sur le visa étudiant.

Plus d’informations :
- sur le site Internet officiel : http://www.ivoire.campusfrance.org (en cours de construction).
- SCAC : 20 30 02 26

31/05/2010

Laurent Gbagbo s'exprime en exclusivité sur RFI

guy111111111.jpgInvité ce dimanche 30 mai 2010, du « Débat africain » le président ivoirien Laurent Gbagbo fait le point sur la situation sociopolitique du pays et sur ses relations avec l’extérieur, notamment avec les pays voisins et la France. Il répond, à Abidjan,  aux questions de Madeleine Mukamabano et Norbert Navarro, envoyé spécial permanent de RFI à Abidjan.

RFI: Monsieur le Président, bonjour. Merci de nous accueillir. Merci d’avoir accepté cet entretien, et bienvenu dans le « Débat africain ». Nous sommes ici dans le cadre des assemblées annuelles de la Banque africaine de développement, assemblées qui se tiennent à Abidjan sept ans après le déménagement de la Bad à Tunis. Quel sens cela a-t-il pour vous ? Vous avez dû entendre, comme nous tous, que certains estiment que le président de la Bad a voulu vous donner un coup de pouce juste avant les élections.

Laurent Gbagbo : Pourquoi on ne me donnerait pas de coup de main à moi (rires) ? Non, ce n’est pas cela qui est essentiel. Ce qui est essentiel, c’est que beaucoup de personnes n’avaient pas envie de venir à Abidjan, n’avaient pas envie de venir en Côte d’Ivoire, et nous sommes là pourtant. Ils sont tous venus, nous avons eu un record de participation. On a préparé ces assemblées-là en tablant sur au maximum 1 500 personnes, mais là, on est à 2 200. Il y a des raisons purement bancaires à cela, mais il y en a aussi extra bancaires. Il y en a qui voulaient voir l’état d’Abidjan, l’état de la Côte d’Ivoire, voir si l’insécurité qu’on décrit est toujours de mise, voir si la situation se normalise. Et nous sommes heureux. La ville d’Abidjan n’est pas plus dangereuse que beaucoup d’autres où il n’y a pas de guerre.

Lire la suite