topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

06/05/2011

300 employés "patriotes" de la BICICI, menacés de licenciement

BICICI.jpgL’information fait grand bruit. 300 employés de la banque internationale pour le commerce et l’industrie de Côte d’Ivoire(Bicici). Les concernés ont dans ce sens reçu chacun une demande d’explication qui pourrait aboutir à un licenciement massif. Selon un responsable qui a requis l’anonymat, puisque la communication de l’entreprise relève encore de Paris, cela est loin de refléter la réalité. Pour les deux responsables, ce sont des délégués qui sont allés très loin dans les actions contre les intérêts de la banque lors de la crise liée à la volonté du gouvernement Aké N’Gbo de nationaliser la banque manu militari. « Des agents ont forcé les portes de l’entreprise et ont fait subir à la banque d’énormes préjudices au point que nous accusons un retard dans l’ouverture de nos agences ». Les lettres ont été adressées aux agents parce que l’entreprise, avant la fermeture, a pris le soin de payer aux agents deux mois de salaire. « Qu’est-ce qui peut alors justifier la présence des agents malgré les mises en garde de la direction légale », s’est-il interrogé.


Pour autant, selon nos sources, il n’est pas question de licencier tout ce monde, mais certains devront assumer des actes posés qui continuent de créer des ennuis à la Bicici, cela pour des considérations politiques. Pour sauver leur tête, ces délégués, selon nos interlocuteurs, veulent pousser les agents à une réaction collective. Ce que beaucoup ont compris. Ils ont déposé leur réponse en présentant leurs excuses. Les cas seront, de bonnes sources, examinés au cas par cas. Nos informateurs nous rappellent que ce sont des agents qui ont, au mois de février, joint la police économique pour venir mettre la main sur la paie des autres agents dans une microfinance à Adjamé. Le contentieux reste lourd. Pour ce qui concerne les modes de paiement, les responsables concernés disent qu’il est le même pour tous les travailleurs pour la simple raison que toutes les agences n’étant pas ouvertes, celle du Plateau a privilégié les fonctionnaires. Souhaitons que cette crise connaisse un heureux aboutissement.

http://www.apbef-ci.org/partenaires/partenaires.html

Commentaires

En toute chose il faut s'attendre à un retour du bâton alors je ne pense pas que ces personnes en posant des actes aussi particulier s'attendaient à ce que la BICICI leur donne des médailles d'honneur non? alors que sanction il puisse avoir afin que d'autres en tirent des leçons! et quand vous aurez perdu vos emplois réfléchissez à ces mots prononcés par klk1: "je dors bien-je mange bien" je pense qu'il n'y a rien à ajouter!

Écrit par : fourmimagnan | 06/05/2011

je suis certain qu'il y a 300 jeunes Ivoiriennes et Iivoiriens au chômage ou en fin d'études qui seraient plus ravi de se voir offrir une chance par la BICICI. Les autres? Eh bien, qu'ils comprennent que le temps de l'impunité est bel et bien résolu. Après tout, nul n'est irremplaçable!

Écrit par : Ibrahim Koné | 06/05/2011

Mon cher Ibrahim je suis dsl alors pour toi tu penses que mettre ces 300 personnes au chomage ne soulevera pas u n tolet au sein de l'entreprise? Tu ne sais parmis tous les concernes il ya certains ki pr une raison ou autres ont repris le boulot a l'ouverture pkoi? alors kils etaient la a lapel de la nationalisation de la bank sous ake n'gbo.
Tu sais 300 bpers=300familles imagine lasuite alors soyez tolerant et surtt evitez la chasse a lom.

Écrit par : ange | 06/05/2011

je suis desolé mon frère Ange. quand on pose un acte, il faut savoir l'assumer. en tant que travailleur international, tu es mieux placé pour savoir que tu ne reponds pas aux ordres du pays ou tu travailles, mais plutot de l'institution qui t'emploie. certains travailleurs ont fait du zèle en allant forcer les locaux des agences, au nom de la nationalisation. ces actes qui ont porté prejudice à la communauté, il faut bien les assumer.

Écrit par : Mlan kede | 06/05/2011

moi je suis d'accord pour une punition, des mois sans salaire peut etre, mais les licencié, c'est trop grave, vous savez quand tu trouve un emploi dans ce pays ou si tu n'as de relation tu n'as rien, tu est toujour pret à tout pour garder ton emploi. pensée à leurs femmes et enfants.

Écrit par : GUY KOUASSI | 06/05/2011

sachez que c'est sous les memes menaces de pertes d'emploi que certains ont repris le boulot sous le regime de GBAGBO.comment etre alors sur de qui va prendre le pouvoir?la situation etai très compliqué et ca sert a rien de punir comme ca des peres et des meres de famille.Si ce nouveau gouvernement est vraiment sous le signe du pardon et de la reconciliation alors QU'ILS NOUS LE PROUVE.

Écrit par : prisca | 09/05/2011

Je suis d'accord avec Prisca quand elle dit que ca ne sert à rien de punir des pères et mères de famille; mais il est important de punir des gens pour les actes préjudiciables qu'ils ont posé. Il faut en meme tant se demander quel aurait été le sort des travailleurs restés fidèles non pas à un choix politique mais à leur entreprise et son idéal.
Je suis au regret de le dire, mais si tous les agents de la BICICI avaient refusé ce qu'on leur avait commandé, Laurent G. n'aurait pas recruté des étudiant pour faire le travail, Il a donc fallu que eux mettent en avant leur choix politique au lieu de privillégier les intérets de toute la communauté bancaire et partant de là celui de tous les opérateurs économiques.
Ils sont banquier, il savent ce que c'est que le risque, il s'en sont essayés, il doivent aujourd'hui assumé.

Écrit par : diab | 22/05/2011

Les commentaires sont fermés.