topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

11/04/2011

Biographie de Simone Gbagbo

 

Simone Ehivet Gbagbo , née en 1949 à Moossou, commune de Grand-Bassam a été la Première dame de Côte d'Ivoire, en tant qu'épouse de Laurent Gbagbo, président de la république1 de 2000 à 2010. Elle exerce sur son époux une certaine influence. Elle est surnommée la « Hillary Clinton des tropiques »Simone2V.jpg

 

Origines

 

Simone Ehivet est la fille de Jean Ehivet, gendarme de son état et de Marie Djaha. Elle a quinze sœurs3. C'est une historienne, docteur 3e cycle en littérature orale, chercheur en linguistique appliquée et syndicaliste marxiste très proche des milieux évangéliques américains

Carrière politique

Elle participe aux mouvements de grève de l'enseignement en 1982, et fonde dans la clandestinité, avec son mari, le futur Front populaire ivoirien (FPI). Syndicaliste active dans les années 1970, elle a été plusieurs fois emprisonnée pour sa lutte en faveur du multipartisme lors de ces années, et torturée3. Élue députée de la commune d'Abobo en 19963, elle est présidente du groupe du FPI à l'Assemblée nationale. En 1996, elle réchappe d'un accident de voiture avec son mari, ce qui lui vaut de devenir une femme très pieuse, notamment lorsqu'elle rencontre en 1998 le pasteur Koré, lequel l'oriente du catholicisme vers la foi évangélique4. Influencée jusque dans sa carrière, elle déclare lors d'un discours : « Merci à Dieu de nous avoir donné ce président de la République. Merci mon Dieu tout simplement d'être Dieu ». Première dame du pays depuis 2000, alors que son époux devient président de la République, elle ne se cantonne pas à un rôle de représentation. Loin des paillettes et des artifices, elle se retrouve au cœur même des grandes décisions politiques de son pays. Ses actions dans le pays ne se limitent donc pas aux associations caritatives. Son bagage de syndicaliste et de politicienne lui permet de prendre ouvertement position sur la politique de la Côte d'Ivoire. Elle est très proche des Jeunesses Patriotes, les mouvements de jeunesse soutenant son mari.

Sa position de Première dame lui vaut également le fait de passer pour une conseillère de l'ombre de son mari, sinon de peser sur la vie politique du pays. Elle déclare ainsi à L'Express : « Tous les ministres ont du respect pour moi. Et on me situe souvent au-dessus d'eux »4. Certains membres du gouvernement de son époux étaient des proches de Simone Gbagbo avant de se retrouver dans l'équipe gouvernementale, à l'instar du Premier ministre Gilbert Marie N'gbo Aké ou de la ministre de la lutte contre le Sida, Christine Adjobi, sa cousine4.

Après l'encerclement d'Abidjan par les forces pro-Ouatarra, elle se retranche alors avec son époux au Palais présidentiel d'Abidjan, protégés par un dernier carré de fidèles formé notamment par les troupes d'élite de l'armée ivoirienne.

Après dix jours de combats, Laurent et Simone Gbagbo sont arrêté par les forces d'Alassane Ouattara, soutenues par l'ONUCI et la force Licorne, le 11 avril 2011. Il sont tout les deux placée en état d'arrestation à l'hôtel du Golf.

 

 


 

Curriculum Vitae

Simone3.JPGLa nouvelle Première dame de la Côte d’Ivoire, marque une nette rupture avec l’idée classique que l’on se fait du rôle de Première Dame dans le pays : celui d’être essentiellement à l’ombre de l’auguste époux visitant crèches et orphelinats et de poser quelques actes sociaux au sein d’ONG de leur création.

Autre époque, autre style. La deuxième République née de la refondation de la Côte d’Ivoire se veut plus ouverte, plus populaire.

La Première Dame de Côte d’Ivoire à l’image de son époux, se présente comme plus près du peuple, plus décontractée, plus active, plus engagée.

Comment en serait-il autrement puisque la Première Dame de Côte d’ivoire est une femme qui se bat. Elle rêve d’un pays où les femmes se retrouvent avec les mêmes possibilités que les hommes. Rarement absente dans les actions en faveur du développement de la femme. Caractère qu’elle s’est forgé très probablement dès sa prime jeunesse au sein de la J.E.C. (Jeunesse Estudiantine Catholique), véritable creuset de formation à l’engagement et au don de soi.

Historienne, Chercheuse à l’IHAA (Institut d’Histoire, d’Art et d’Archéologie) elle a toujours mené de pair sa vie professionnelle et son engagement social et politique.

Politiquement, Simone GBAGBO a déjà un parcours fort respectable au point où bien des jeunes femmes qui se lancent dans la politique, la prennent pour modèle. Son nom, en effet, fait corps, comme celui de son illustre époux avec le FPI (Front Populaire Ivoirien) dont elle a connu les différentes vicissitudes : les heures sombres de la clandestinité avec les exactions du pouvoir et la prison.

Simone EHIVET GBAGBO a connu aussi des temps glorieux avec son parti, notamment avec sa victoire aux législatives en 1995 à Abobo, la très populeuse commune de la ville d’Abidjan. Elle était en tandem avec Mme Jacqueline Lohoues OBle du RDR (Rassemblement des Républicains).

Simone EHIVET GBAGBO, est en elle-même tout un programme. Elle rêve d’un pays qui en a fini avec l’analphabétisme, les grandes pandémies tel le SIDA, un pays ou chacun ira à l’école et où une fois sorti, il aura un emploi, un pays où chaque individu est convenablement soigné ; un pays où la créativité des uns et des autres peut librement s’exprimer ; où la pauvreté recule.

« Mon ambition, c’est de me retrouver dans un pays moderne, comme il en existe en Amérique, en Europe où en Asie. » Dans son programme, elle pense particulièrement à la femme. « Je rêve aussi d’un pays où les femmes se retrouvent avec les mêmes possibilités que les hommes ».

Les problèmes de scolarisation de la petite fille, le mariage précoce et forcé, l’excision, le harcèlement sexuel ; l’accès des femmes à la terre etc... sont autant de questions qui l’intéressent particulièrement. Ces questions exigent pour leur résolution, outre les moyens et les textes de loi, beaucoup de sensibilisation auprès des populations pour que les mentalités changent. Pour toutes ces ambitions, la Première Dame ne reste pas sur son piédestal mais descend, sur le terrain auprès des populations et dans l’émicycle, comme député, pour voter les lois en conséquence. Hélas elles sont encore peu nombreuses les femmes, à l’assemblée Nationale.

On ne le dira jamais assez, il faut que les femmes accèdent, plus nombreuses, aux postes de décision.guy simone.jpg

Controverses

Très crainte, Simone Gbagbo a quelquefois été accusée par la presse proche de la rébellion ivoirienne, de malversations politiques ou financières, notamment dans le cadre de la disparition du journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer en 2004 8. Ses méthodes jugées expéditives par ses adversaires politiques et le fonctionnement présumé clanique de son entourage lui auraient valu de ses détracteurs l'autre surnom, moins envié, de « dame de Fer »4, voire de « dame de Sang ».

Vie privée

Elle est mère de cinq enfants, toutes des filles, dont les deux dernières avec le président de la Côte d'Ivoire. Ensemble, ils ont au total sept enfants ; lui en a eu deux avant leur mariage et elle trois de sa première union. Elle possède en « rivale » la seconde épouse du chef de l'Etat, Nadiana Bamba. Celle-ci l'a même supplantée pendant la campagne de l'élection présidentielle de 2010 en mettant au service de son époux l'agence de communication qu'elle dirige. Toutefois, suite à des affaires d'ordre privé, celle-ci semble évincée, n'assistant pas à la cérémonie d'investiture du président contestée, à laquelle Simone Gbagbo plastronne.

 

Commentaires

J'ai une tres grande ad,iration pour le president monsieur Laurent GBAGBO et la premiere damme Simone EHIVET GBAGBO car il font la fierte du continent Africain et nous font rappellé la fierté Africain et surtout certain de nos marthyrs à l'exemple de Patrice LUMUMBA du Congo;Tho,as SANKARA du Burkina-faso; KWAME KRUMA du Ghana; Ruben UM NYOBE ET Rudolph DUALA MANGA BELL du Cameroun pour ne cité aue celà. Cette fierté fait aussi resortir l'esprit de trahison des Africain et nous montre certains visages de traites à l'exemple de Blaise COMPAORE;Allassane DRAMANE OUATTARA et l'incapacité de l'union Africaine aui est l'ombre d'elle meme cet à dire ces une institution dont aui n'est pas credible il faut son abolition.

Écrit par : Samyong sanga Hilaire | 22/04/2011

je pari que tu n'est pas ivoirien, ou si c'est le cas tu ne vie pas en cote d'ivoire. le problème que nous vivons n'est pas de diaboliser l'un pour blanchir l'autre. donné un discours appesant pour ceux sont et qui vivent de ce pays.
moi je pense que nous accepter la realité et avancé avec.

Écrit par : GUY KOUASSI | 22/04/2011

MOI G PENSE KE CEST VOUS MEME GUY KOUASSI QUI NETES PAS IVOIRIEN.SINON VS SAUREZ QUE CEST LA VERITE

Écrit par : kokora genevieve amenan | 07/07/2012

je felecite son parcourt vraiment c'est une grande damme a respecter, la seule chose que je n'apprécie pas d'elle c'est de finir mal sa carrière en faisant soufrir les pauvre ivoiriens sans pensée la vie c'est un temps si fini ne faut pas forcer la situation je pense elle a compris et pardonnez que Dieu la juge

Écrit par : Barry abdourahimi | 24/04/2013

je respecte ses aspiration et sont parcoursuniversitaire et syndicale.mais je deplore sa pratique ses moyen et methode (assassinat apologie de la violence)pour atteidre l'emancipation de la femme

Écrit par : francois digbeu | 24/03/2015

je respecte ses aspiration et sont parcoursuniversitaire et syndicale.mais je deplore sa pratique ses moyen et methode (assassinat apologie de la violence)pour atteidre l'emancipation de la femme

Écrit par : francois digbeu | 24/03/2015

je respecte ses aspiration et sont parcoursuniversitaire et syndicale.mais je deplore sa pratique ses moyen et methode (assassinat apologie de la violence)pour atteidre l'emancipation de la femme

Écrit par : francois digbeu | 24/03/2015

je respecte ses aspiration et sont parcoursuniversitaire et syndicale.mais je deplore sa pratique ses moyen et methode (assassinat apologie de la violence)pour atteidre l'emancipation de la femme

Écrit par : francois digbeu | 24/03/2015

je respecte ses aspiration et sont parcoursuniversitaire et syndicale.mais je deplore sa pratique ses moyen et methode (assassinat apologie de la violence)pour atteidre l'emancipation de la femme

Écrit par : francois digbeu | 24/03/2015

je respecte ses aspiration et sont parcoursuniversitaire et syndicale.mais je deplore sa pratique ses moyen et methode (assassinat apologie de la violence)pour atteidre l'emancipation de la femme

Écrit par : francois digbeu | 24/03/2015

je respecte ses aspiration et sont parcoursuniversitaire et syndicale.mais je deplore sa pratique ses moyen et methode (assassinat apologie de la violence)pour atteidre l'emancipation de la femme

Écrit par : francois digbeu | 24/03/2015

je respecte ses aspiration et sont parcoursuniversitaire et syndicale.mais je deplore sa pratique ses moyen et methode (assassinat apologie de la violence)pour atteidre l'emancipation de la femme

Écrit par : francois digbeu | 24/03/2015

je respecte ses aspiration et sont parcoursuniversitaire et syndicale.mais je deplore sa pratique ses moyen et methode (assassinat apologie de la violence)pour atteidre l'emancipation de la femme

Écrit par : francois digbeu | 24/03/2015

je respecte ses aspiration et sont parcoursuniversitaire et syndicale.mais je deplore sa pratique ses moyen et methode (assassinat apologie de la violence)pour atteidre l'emancipation de la femme

Écrit par : francois digbeu | 24/03/2015

je respecte ses aspiration et sont parcoursuniversitaire et syndicale.mais je deplore sa pratique ses moyen et methode (assassinat apologie de la violence)pour atteidre l'emancipation de la femme

Écrit par : francois digbeu | 24/03/2015

je respecte ses aspiration et sont parcoursuniversitaire et syndicale.mais je deplore sa pratique ses moyen et methode (assassinat apologie de la violence)pour atteidre l'emancipation de la femme

Écrit par : francois digbeu | 24/03/2015

je respecte ses aspiration et sont parcoursuniversitaire et syndicale.mais je deplore sa pratique ses moyen et methode (assassinat apologie de la violence)pour atteidre l'emancipation de la femme

Écrit par : francois digbeu | 24/03/2015

je respecte ses aspiration et sont parcoursuniversitaire et syndicale.mais je deplore sa pratique ses moyen et methode (assassinat apologie de la violence)pour atteidre l'emancipation de la femme

Écrit par : francois digbeu | 24/03/2015

je respecte ses aspiration et sont parcoursuniversitaire et syndicale.mais je deplore sa pratique ses moyen et methode (assassinat apologie de la violence)pour atteidre l'emancipation de la femme

Écrit par : francois digbeu | 24/03/2015

je respecte ses aspiration et sont parcoursuniversitaire et syndicale.mais je deplore sa pratique ses moyen et methode (assassinat apologie de la violence)pour atteidre l'emancipation de la femme

Écrit par : francois digbeu | 24/03/2015

je respecte ses aspiration et sont parcoursuniversitaire et syndicale.mais je deplore sa pratique ses moyen et methode (assassinat apologie de la violence)pour atteidre l'emancipation de la femme

Écrit par : francois digbeu | 24/03/2015

Les commentaires sont fermés.