topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

30/03/2011

Pour aider à contourner les blocages de sites: Google DNS: 8.8.8.8 et 8.8.4.4s:

Google viens de lancer son service DNS, accessible a tous! Pour tout ceux qui ne savent pas, le DNS permet de faire le liens entre un nom de domaine et une adresse IP.

 

guy patmos google.jpg

À quoi ca sert?

à ne pas être dépendant d’un opérateur qui a de temps en temps l’envie de bloquer certains site (PirateBay ou similaires par exemple) en raison de « problèmes techniques », ou simplement pour avoir une alternative en cas de panne totale du DNS de notre FAI.

Certains connaissent peut-être déjà OpenDNS avec leur 208.67.220.220 et 208.67.222.222, mais bon, allez retenir ces deux adresses là, et souvenez vous en le moment venu (oui, les signes de sevrage internet apparaissent très vite :P ). Un grand merci donc à Google d’avoir choisi ces deux adresses IP:

8.8.8.8 et 8.8.4.4

Comment s’en servir? (annexe en englais)

Google propose quelques conseils ici: How to configure Google DNS

Les options sont:

  • Changer les paramètres de chaque machine
  • Modifier le routeur à domicile

Le résultat

Simplement: une belle roue de secours pour moi! L’adresse est facile a retenir, la réponse rapide grâce à l’architecture distribuée de Google, et finalement c’est une solution sans pub!

source: yannick

 

Lire la suite

13:35 Publié dans TECHNO | Lien permanent | Commentaires (3)

Destruction de l’Université d’Abobo-Adjamé par les combats: la Déclaration de la Coordination nationale des Enseignants du supérieur et des chercheurs (CNEC)

Univaboboadj_guy k.JPGC’est avec émoi et indignation que le BEN de la CNEC a été informé de l’occupation de l’Université d’Abobo-Adjamé, puis de la destruction de la scolarité et du service informatique ; c’est-à-dire de la destruction de la mémoire physique et virtuelle de cet établissement d’excellence.

Selon le Professeur Germain GOURENE, Président de cette Université, « l’Université de par ses points sensibles a été détruite à 70%. Il n’y a plus de mémoire de tous les diplômes de formation et la base des données des étudiants depuis que l’Université existe a été détruite ».

Ces actes d’une extrême gravité ont entraîné un arrêt immédiat des cours, depuis le mois de février 2011, pour violations répétées des franchises universitaires et insécurité des étudiants, des personnels enseignants et chercheurs et personnels administratif et technique ; des cours dont la reprise effective est conditionnée par la reconstitution de la mémoire de l’Université.

C’est le lieu de rappeler aux belligérants de la crise post-électorale que les Universités, les Grandes Ecoles et les Centres de Recherche sont des unités d’enseignement et de recherche. Des lieux publics dont les activités conditionnent le développement de la Côte d’Ivoire.

Pour cela, le BEN de la CNEC condamne sans réserve la destruction de cet établissement.

Au nom des populations de Côte d’Ivoire en général, des enseignants et des chercheurs en particulier, le BEN de la CNEC demande aux Forces armées ennemies, le respect scrupuleux des lieux publics que sont les Universités, les Grandes Ecoles et les Centres de Recherche qui forgent l’avenir de notre Nation.

Naturellement, on ne saurait vouloir diriger la Côte d’Ivoire, pour le bien être des populations en compromettant dangereusement la formation des ressources humaines de qualité, condition première du progrès économique, social et culturel d’un pays.

Puisse cette adresse aider les belligérants de cette guerre fratricide à plus de sagesse et de compréhension afin que cette crise post-électorale trouve une fin pacifique.

Enfin, le BEN de la CNEC demande aux autorités compétentes de trouver une solution rapide à la destruction de l’Université d’Abobo-Adjamé.

Fait à Abidjan le 28 mars 2011

Pour le BEN de la CNEC
Le Professeur TRAORE Flavien
Université de Cocody Abidjan
22 BP 582 ABIDJAN 22

29/03/2011

bouaflé , L’image d’un cœur apparaît encore sur une sauce graine.

guy patmos.jpgBouaflé, 23 mars , L’image du cœur est apparue sur une sauce graine mardi chez dame Kouassi Adjoua, une ménagère résidant au quartier Dioulabougou de Bouaflé.

Selon la dame en question, ce signe a été aperçu par sa fille juste après avoir mis la sauce au feu. « C’est une réponse de Dieu à mes prières en faveur de la paix en Côte d’Ivoire », a-t-elle tout simplement déclaré.

Depuis quelques jours, ce phénomène d'apparition du dessein d'un coeur sur de la sauce graine est récurrent en Côte d'Ivoire. Avant Bouaflé, des cas ont été constaté dans deux communes d'Abidjan ainsi qu'à Gagnoa, Soubré et Oumé.

alors quelle est l'explication qui se cache derrière ces apparution?

Lire la suite