topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

27/07/2010

Affaire Le Nouveau Courrier : Theo et ses compagnons, Oula et Bahi sont libres


Ils sont libres. Théophile Kouamouo, Saint Claver Oula et Stéphane Bahi Guédé, journalistes au quotidien ivoirien Le nouveau courrier, ont été relaxés ce lundi 26 juillet sur le coup de 18 heures 50, par le tribunal de première instance d’Abidjan.

photo15715809884c4e044e436e8.jpgIl est 18 heures trente sept minutes, quand entrent dans la salle d’audience, le président de la cour et ses accesseurs, après plus de quarante minutes de délibéré. Il aura fallu plus de quatre tours d’horloge en procès et en délibérations pour voir la vérité éclater.

« Le tribunal, (…) a décidé ce qui suit : (…) sur les faits de recel, entendu que le fait de vol de document de justice n’étant pas constitué, il n’en serait pas autrement pour ceux de recel. Il convient de déclarer Kouamouo Théophile, Oula Saint Claver et Bahi Guédé Stéphane non coupables, et les relaxer pour échec de poursuites », a prononcé le président du tribunal.

Sur les accusations de « diffusion d’informations relatives au contenu d’un dossier de justice non encore évoqué en audience publique », Théophile Kouamouo, Saint Claver Oula et Stéphane Bahi Guédé ont été reconnus coupables. En répression, le Tribunal, en application des peines prévues par l’article 73 de la loi N° 2004-143 du 14 décembre 2004, « les condamne à payer solidairement la somme de cinq millions de francs Cfa d’amende ; ordonne la suspension du quotidien Le Nouveau Courrier de quinze jours à compter de la notification de la décision de condamnation ; ordonne la publication de la présente Décision dans un journal d’annonces légales ; ordonne la confiscation de l’ordinateur contenant le réquisitoire du Parquet ; dit n’y avoir lieu à exécution provisoire(…)».proces.jpg


La séance aussitôt levée, c’est la liesse. Parents, amis, confrères et avocats de la Défense se félicitent de la décision rendue. Le président du Groupement des éditeurs de presse de Côte d’ivoire, M. Denis Kah Zion, pour qui cette décision n’est que justice, n’a eu de mots que pour féliciter les avocats de la Défense. « Je suis heureux (…) nous nous sentons ce soir dans un Etat de Droit, contrairement à il y a deux semaines, où nous nous interrogions pour savoir si c’était effectivement le cas. », s’est-il réjoui.

Pour Maître Sah, du collectif des avocats de la Défense, ce jour est un grand jour pour la justice ivoirienne. « Certains ont pensé que cette justice était inféodée, qu’elle était à la traîne. Nous, avocats, qui travaillons avec cette Justice, savons qu’elle est sortie grandie dans ce procès ». S’est félicité l’homme de loi. Ce 26 juillet 2010 marque la naissance de la liberté de la presse en CI. Comme un parti politique a l’occasion de fêter la fête de la liberté le 18 février, je crois que le 26 juillet devrait être la célébration de la fête de la liberté de la presse en CI », a-t-il souhaité pour conclure.

oula-225x300.jpg

55190087_p.jpg

Les commentaires sont fermés.