topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

30/11/2009

Le Collectif des syndicats de la santé qui regroupe les médecins, les infirmiers, les garçons et filles de salles, les aides-soignantes, etc. menace depuis quelques jours de se faire entendre.

photo2067874734b0dd4bad995e.jpgCeux-ci ont décidé de remettre au goût du jour les promesses non encore tenues par le gouvernement. Faut-il le rappeler, ces promesses ont fait suite à une série de grèves observées, il y a de cela quelques mois. Au terme des négociations, le gouvernement avait pris l’engagement de donner une suite favorable aux différents points de revendication, notamment la bi-appartenance, la revalorisation des salaires, le statut particulier des agents de la santé, l’intégration des garçons et filles de salles à la Fonction publique et l’intégration des aides-soignantes du Centre Hospitalier (CHU) de Yopougon à la Fonction publique. « A cet effet, une commission a été mise sur pied en vue du règlement de ce problème. C’est seulement la bi-appartenance qui a connu un début d’exécution », se sont indignés les cadres supérieurs de la santé. Ils estiment avoir trop attendu et sont à présent à bout de patience. Pour eux, il convient maintenant plus que jamais de développer et mettre en place une stratégie efficace de lutte, à même de contraindre le gouvernement à satisfaire leurs revendications. C’est donc pour être au même niveau d’information que tous les syndicats membres du collectif, se retrouveront en assemblée générale extraordinaire le jeudi 3 décembre 2009, à l’Institut national de la santé publique (Insp) d’Adjamé. Il s’agira pour les agents de la santé, au cours de cette importante rencontre, de faire le point des négociations avec le gouvernement à travers les ministères de tutelle.. Mais les choses ont pris une autre tournure au point d’irriter les membres du collectif des syndicats du secteur de la santé publique. Le gouvernement ivoirien fera probablement face à une grève des médecins et des infirmiers de Côte d’Ivoire les jours à venir.

11:10 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.