topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

21/11/2009

Rebondissement dans l’enquête de la filière café-cacao : De nouveaux dirigeants devant le juge d’instruction

index.jpegAprès les ministres qui ont été cités et auditionnés dans cette affaire à titre de témoins, ce sont certains dirigeants des structures affiliées qui ont été convoqués dans le cadre de cette enquête.index.jpeg2.jpeg

Hier, vendredi 20 novembre 2009, le président de la Coordination nationale des délégués départementaux (CNDD), Zahi Bonfils a affirmé qu’il a reçu une convocation du juge d’instruction pour le lundi prochain 23 novembre 2009. « J’ai été convoqué par le juge d’instruction pour le lundi 23 novembre 2009 à 15 heures. Je vais répondre à cette convocation. Mais pour l’heure, je tiens à dire qu’à la CNDD, on n’a jamais rien géré », a précisé M. Zahi Bonfils, joint au téléphone. En déplacement à l’intérieur de la Côte d’Ivoire, la convocation du président de la CNDD a été réceptionnée par un producteur de la filière café-cacao. En plus du président Zahi, trois autres personnes dont les identités n’ont pas été dévoilées sont également attendues par le juge d’instruction. Des sources proches des producteurs notent même que ce sont plusieurs autres acteurs de la filière qui sont visés par cette instruction. L’enquête est donc loin de finir si l’on s’en tient au nombre des autres témoins qui doivent être auditionnés dans le cadre de cette affaire. C’est d’ailleurs ce qui pousse des sources proches du dossier à demander la mise en liberté provisoire des barons détenus depuis bientôt 17 mois. « C’est possible qu’il ait beaucoup de ramifications dans ce dossier. Si on veut continuer avec les convocations, ça peut aller jusqu’à deux ans, voire trois ans », a affirmé notre source. La manifestation de la vérité, en ce qui concerne l’enquête dans la filière café-cacao n’est donc pas pour maintenant. Faut-il le noter, les ex-dirigeants de la filière café-cacao ainsi que leurs Directeurs administratifs et financiers (DAF) et des responsables des structures filiales croupissent en prison depuis plusieurs mois pour des soupçons de gros détournements d’argent qui pèseraient sur eux. En attendant de tirer cette affaire au clair, ces détenus continuent de clamer leur innocence et d’exiger leur libération. Aujourd’hui, ils menacent de faire de graves révélations sur le dossier. Certains ont décidé de ne plus rejoindre leur cellule et exigent une mise en liberté provisoire. Les parents de ces détenus veulent même se constituer prisonniers jusqu’à obtenir la libération de leurs enfants. Toutes ces actions requièrent donc une attention particulière aussi bien du juge d’instruction que du procureur de la République et des autorités ivoiriennes pour faire triompher la vérité dans cette affaire au clair. guy kouassi.jpg

Les commentaires sont fermés.